Accueil FormationsFormation linguistique et pédagogique de 5 700 personnels du primaire en (...)


Formation linguistique et pédagogique de 5 700 personnels du primaire en septembre/octobre 2014 : Compte rendu des missions de suivi

Tout de suite après les 210 heures de formation linguistique et pédagogique dispensées, les 7 référents sur zone du projet MAPEF ont, chacun dans leur région, effectué des missions de suivi.

14, juin 2015. par | Philippe DURAND 0 commentaire(s).



Tout au long de l’année scolaire 2014-2015, des missions de suivi et de conseils ont eu lieu dans une sélection de 37 Ecoles Primaires Publiques (EPP) réparties dans les 7 régions d’intervention du projet MAPEF (CISCO I et II). Au total, 281 instituteurs ont été suivis puis conseillés et 13 250 élèves observés. Pour rappel, les 7 régions d’intervention du projet MAPEF sont : Analamananga (Antananarivo), Atsimo Andrefana (Toliara), Atsinanana, (Toamasina), Boeny (Mahajanga), Diana (Antsiranana), Haute Matsiatra (Fianarantsoa) et Vakinankaratra (Antsirabe).

Région Nombre d’écoles Nombre d’instituteurs Nombre d’élèves
Analamanga 7 40 1 836
Atsimo Andrefana 5 60 3 216
Atsinanana 5 52 2 200
Boeny 5 41 2 095
Diana 5 25 1 059
Haute Matsiatra 5 15 782
Vakinankaratra 5 48 2 058


Les référents se sont rendus au moins une fois par trimestre dans chacune des 5 EPP ciblées de leur région, 2 EPP de CISCO I (urbaine) et 3 de CISCO II (rurbaine ou rurale). Munis d’une fiche de suivi fournie par la Direction de l’Encadrement et de l’Inspection Pédagogique de l’Education Fondamentale (DEIPEF) du Ministère de l’Education Nationale, aménagée pour cette opération. Les référents sont allés d’école en école, quelquefois accompagnés de conseillers pédagogiques. Dès le premier trimestre (octobre à décembre 2014), les observations effectuées ont permis de constater les premiers progrès dans la pratique de classe avec la mise en place des affichages règlementaires dont l’emploi du temps, l’utilisation régulière du cahier journal, la préparation des planifications mensuelles, le respect des programmes mais aussi pour certains d’entre eux la conception de quelques matériels didactiques.

Avec les dictionnaires fournis aux EPP bassins de formation et la formation linguistique (150 heures) reçue, la majorité des instituteurs observés utilisent davantage le français pour enseigner les disciplines qui sont à enseigner dans cette langue et ont moins recours à la traduction en malagasy. Les explications aux élèves sont le plus souvent données en français. La gestion du temps est un peu mieux maîtrisée, les consignes de travail plus claires et les stratégies d’enseignement plus interactives et ludiques avec quelquefois des activités de groupes. L’alternance oral / écrit et les déplacements dans la classe se sont améliorés aussi.

Si la pratique du français s’est très sensiblement accrue en raison des efforts fournis par les enseignants eux-mêmes, en revanche des difficultés subsistent chez un grand nombre telle la prononciation, la syntaxe, la structuration de la langue (orthographe, grammaire, conjugaison). Sur le plan pédagogique, la fiche de préparation type reste insuffisamment utilisée ainsi que le recours à des matériaux pour préparer les leçons d’histoire, de géographie et de Sciences et Vie de la Terre (SVT). Peu d’enseignants observés sont capables de définir les résultats attendus (objectifs de la séance d’apprentissage) et d’anticiper la préparation matérielle des leçons.

La formation des personnels du primaire va se poursuivre en 2015 puis en 2016 dans les 7 régions. Ainsi les enseignants vont pouvoir continuer leur perfectionnement tant sur le plan linguistique en français que sur le plan pédagogique et didactique. Il convient toutefois que les personnels d’encadrement des services déconcentrés du MEN soient mobilisés pour assurer leur mission de conseil auprès de l’ensemble des personnels formés. Ce n’est qu’à ce prix que la qualité de l’enseignement progressera au fil du temps pour le plus grand bénéfice des élèves.