Accueil RessourcesLe projet "Déclic" : l’interculturalité au service de l’intercompréhension


Le projet "Déclic" : l’interculturalité au service de l’intercompréhension

Les 470 kits de photographies et d’activités de déblocage linguistique sont aujourd’hui disponibles. Alliant culture et langue, ils permettront de travailler sur l’identité malgache en langue française dans les CEG et lycées publics.

28, octobre 2013. par | Webmestre 0 commentaire(s).


Ce mardi 22 octobre s’est tenue, à l’Institut National de Formation Pédagogique d’Antananarivo, la cérémonie officielle de lancement du projet "Déclic" qui a permis de réunir outre M. A. Tavandra, directeur de l’INFP, M. P. Rabetahina, secrétaire général du Ministère de l’Education Nationale et M. V. Baron, COCAC adjoint près l’Ambassade de France, tous les partenaires pédagogiques, techniques et artistiques qui ont contribué, depuis 2011, à la mise en oeuvre de ce projet .

Alakamisy Ambohimaha, 2007 - Pierrot Men

470 kits de photographies et d’activités de déblocage linguistique sont aujourd’hui disponibles qui allient culture et langue et qui permettront de travailler sur l’identité malgache en langue française dans les CEG et lycées publics.

Rappelons que face aux situations parfois conflictuelles générées par le contact des langues, les phénomènes de diglossie et les questions d’altérité, les didacticiens ont pris le parti de défendre l’idée que « l’école, et l’éducation en général, recèlent une fonction d’apaisement par l’explication, l’échange des points de vue qui, seuls, permettent l’instauration d’un dialogue où les cartes ne seront pas biaisées » ( Dictionnaire didactique du français langue étrangère et seconde, sous la direction de J-P. Cuq). C’est ainsi que « l’interculturel est source de réconciliation, c’est-à-dire de maintien des antagonismes dans la pacification des relations ».
C’est en partant de cette analyse et des constats réalisés par de multiples études de terrain, que le projet « Déclic » a trouvé sa genèse en 2011.

Face au dénuement en matière d’outils d’enseignement du français appropriés au niveau secondaire, à l’absence de production d’outils d’enseignement malgaches valorisant la culture malgache en français, et à des pratiques pédagogiques trop peu axées sur la communication, les demandes se sont répétées de la part des acteurs de l’éducation pour obtenir qu’un outil d’enseignement d’un français contextualisé dont la démarche serait très rapidement assimilable soit proposé aux enseignants du secondaire.

Créer un outil d’enseignement du français contextualisé du point de vue des contenus, des références, de la démarche et de la conception, qui puisse « réconcilier » le public scolaire avec l’enseignement du et en français et les enseignants avec des activités de communication langagière à l’oral, s’est graduellement présenté comme un défi.

Toamasina, 1995 - Ph. Gaubert Le choix a alors été fait de privilégier les photographies parce qu’elles peuvent donner lieu à de multiples activités contextualisées. En effet, le support photo parle facilement aux élèves et les interpelle. Il est traditionnellement utilisé en cours de langue et dans le cadre de la production d’outils car c’est un déclencheur d’interactions efficace et pertinent quand il est bien sélectionné. Marqué culturellement, il est porteur d’une représentativité culturelle accessible aux enseignants et aux élèves, valorisante, rassurante, et surtout, encourageante car il leur parle avant tout d’eux-mêmes.

« Déclic » viendra donc désormais répondre à cette demande car il a ambitionné de :

  • Mobiliser une équipe interculturelle
  • Valoriser une démarche communicative pour générer de nouvelles pratiques de classe
  • Produire un outil d’enseignement du français sans ambigüités du point de vue de l’affirmation identitaire
  • Promouvoir le français pour son statut de bien partagé qui n’implique pas de devoir renoncer à sa propre culture, à sa langue ou à son identité
  • Proposer un outil d’enseignement qui soit le témoin de la dynamique culturelle malgache et une contribution à l’évolution générale des pratiques pédagogiques.

S’inscrivant dans une démarche interculturelle volontariste, le projet « Déclic », initié en 2011 par le Ministère de l’Education Nationale et la coopération française, visait donc à mettre à disposition de collèges et lycées publics des kits de photographies de Madagascar réalisées par des artistes malgaches et français dans le but de valoriser la richesse culturelle du pays, mais également les compétences techniques de didacticiennes malgaches par le biais d’un outil novateur reposant sur le développement d’une pédagogie des grands groupes.

A terme, ce sont alors 470 kits déclinés sur trois niveaux d’enseignement qui ont pu voir le jour et qui partiront prochainement dans les CEG et lycées publics des 7 zones couvertes par notre Programme pour le français après que les formations d’enseignants auront pu avoir lieu (entre le 5 et le 21 novembre).

Mais « Déclic » est aussi le résultat d’un partenariat interculturel réaliste et réalisé qui a mené à la production d’un outil communicatif pour l’enseignement du français produit par une équipe franco-malgache, mixte et intergénérationnelle :

  • Conception des activités et harmonisation didactique : Seheno Rabearimanana (Membre de la FMTF, enseignante à l’Alliance Française d’Antananarivo), Aina Ratsimbazafy (Membre de la FMTF, enseignante à l’Ecole Normale Supérieure d’Antananarivo) et Magali Lemeunier-Quéré (Expert Technique International - Programme pour le français, SCAC de l’Ambassade de France).
  • Validation du projet initial : Service de la Conception, de l’Encadrement et de l’Evaluation du Ministère de l’Education Nationale : Arline Lala-Harivelo, Eulalie Razanakolona, Louisette Razamadramanana, Maxime Andriamano. Implication de l’Alliance Française d’Antananarivo et la Délégation Générale de l’Alliance Française à Madagascar : Fanjatiana Rajaonera (Chef du département enseignement et pédagogie), Hanitriniaina Andrianarivelo (Coordinatrice pédagogique), Annabelle Godeau-Pernet (Déléguée générale adjointe) et du Centre de Renforcement Educatif et Scolaire de l’association IECD et de l’association Promotion Economique et Sociale (PROMES).
  • Rédaction de la biographie de P. Men : Classe de Seconde (2011-12) de M. Charles-Edouard Saint-Guilhem, Lycée français René Cassin de Fianarantsoa (AEFE).
  • Photographes : Pierrot MEN, Philippe GAUBERT, Laurent BAREL, le collectif Luxary : Hoby RATSIMBAZAFY, Rindra RAMASOMANANA, Hery RAZAFINDRALAMBO, Mamy Rija RAVELONJATOVO, Rija RAMAMIARIJERY, Zo RATOVONIRINA, Tsilavo RAPIERA, Till RAKOTONIRINA et le collectif Oxygeniouz : Solofo TINAH.