Accueil SéminairesSÉMINAIRE UNIVERSITAIRE : PROBLÉMATIQUE DES LANGUES D’ENSEIGNEMENT


SÉMINAIRE UNIVERSITAIRE : PROBLÉMATIQUE DES LANGUES D’ENSEIGNEMENT

À la veille de la tenue du 16ème Sommet de la Francophonie à Madagascar, ce deuxième séminaire universitaire, organisé par le projet MAPEF et soutenu par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a mobilisé près de 500 personnes durant deux jours.

16, novembre 2015. par | Sandrine Conan 0 commentaire(s).


Depuis plusieurs années, les trois Ministères en charge de l’enseignement - le Ministère de l’Education Nationale (MEN), le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESUPRES) et le Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MEETFP) - n’avaient pas eu l’opportunité de se retrouver côte à côte pour débattre lors d’une telle manifestation. C’est ce qu’a d’ailleurs souligné avec enthousiasme Monsieur Alphonse DINA, Président de l’Université de Tuléar, dans son discours d’ouverture.

Monsieur Alphonse DINA, Président de l’Université de Tuléar

Une importante délégation de ces trois Ministères y était présente, réunie autour de la même préoccupation : harmoniser à tous les niveaux du système éducatif malgache l’enseignement des langues afin de ne plus sacrifier les générations à venir.

De gauche à droite : Monsieur Sabir RATOVONASY, Directeur de l’Institut National de Formation du Personnel des Etablissements d’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (INFOR) du MEETFP ; Monsieur Christian RALIJAONA, Secrétaire Général du MESUPRES ; Monsieur Jean-Louis RAKOTOVAO, Directeur Général des Orientations Stratégiques et des Affaires Sociales du MESUPRES ; Monsieur Rolland Justet RABESON, Secrétaire Général du MEN.

21 Intervenants, acteurs de l’éducation ou issus de la société civile et venus de différentes régions, ont présenté un état des lieux quelque peu morose de leur contexte de travail et ont appelé à la prise de décisions efficientes et pérennes. En effet, à plusieurs reprises, les différents changements politiques et de réformes malmenant la politique en matière d’éducation ont été pointés du doigt. Le recrutement massif des enseignants FRAM dans le but de démocratiser l’enseignement a également été mis en cause.

Monsieur le Secrétaire Général du MEN a souligné que cette problématique était au cœur des préoccupations du MEN et que, durant la Conférence Nationale sur l’Éducation 2014, des décisions ont été prises mais qu’il faut prendre le temps pour les mettre en œuvre. Le diagnostique du système est également en cours au MEN.
Monsieur le Secrétaire Général du MESUPRES a, quant à lui, ajouté que les trois Ministères doivent se donner la main pour combiner leurs forces, en s’appuyant sur les analyses entendues durant ces deux journées et qu’il est nécessaire d’élaborer une politique sectorielle de l’Éducation. Il faut qu’il y ait une collaboration entre les trois Ministères, le MESUPRES s’y attelle déjà.

Le représentant de l’Ambassade de France, Monsieur Stéphane Gallet, attaché de coopération, a rappelé la disponibilité du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France pour contribuer au renforcement et à l’enrichissement de la réflexion engagée par les Ministères en charge de l’Éducation.

Les Actes de ce séminaire paraîtront au cours du premier trimestre 2016.