Accueil SéminairesSéminaire « Le métier de professeur de français » au Département d’Etudes (...)


Séminaire « Le métier de professeur de français » au Département d’Etudes Françaises et Francophones de l’Université d’Antananarivo

Action de redynamisation de l’enseignement du et en français, le séminaire « Le métier de professeur de français » à l’Université d’Antananarivo est le premier d’une série de 4 séminaires qui vont tous se dérouler dans les Universités qui ont un Département d’Etudes Françaises : Antananarivo, Antsiranana, Toamasina et Toliara.

3, novembre 2013. par | Philippe DURAND 0 commentaire(s).


Les matinées des 29 et 30 octobre 2013, les étudiants de 3ème année du parcours « DIdactique du Français et du Management EDucatif » (DIFMED) du DEFF de l’Université d’Antananarivo ont été invités à participer à cette manifestation dont la problématique portait sur le professorat : « positionnement professionnel et engagement personnel ».

C’est Monsieur Gatien HORACE, Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de le Recherche Scientifique (MESupReS) qui a ouvert le séminaire. Il avait à ses côtés Monsieur le Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines ainsi que Monsieur le Conseiller adjoint de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) près l’Ambassade de France.

JPEG - 33.3 ko
M. Vincent BARON - SCAC Ambassade de France

Du côté des enseignants/animateurs du séminaire, il y avait Madame Mélanie RAKOTOSON-RAKOTOBE, Chef du Département de Formation Initiale Littéraire et enseignante au Centre d’Etude et de Recherche Langue et Lettres Françaises (CERLLF) de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Antananarivo, Madame Marie-Ange ANDRIAMANANTENASOA, enseignante responsable du parcours DIFMED au DEFF de l’Université d’Antananarivo et Madame Aïna RATSIMBAZAFY, enseignante à l’ENS d’Antananarivo et membre de l’association des professeurs de Français des écoles secondaires malagasy (FMTF).

Le séminaire a comporté des séances plénières et des ateliers constitués de groupes d’étudiants à effectif restreint. Il s’agissait pour les organisateurs de permettre à chaque étudiant de pouvoir exprimer ses attentes et questionnements tout en permettant des moments d’échanges élargis au grand groupe sous forme de forums.

La participation active des étudiants, dont certains de 4ème année, a permis de dégager des axes de recherche qui ne manqueront pas d’être repris par les enseignants du DEFF, dont certains ont pu participer à des séances plénières.

Les questions posées ont été travaillées à l’aide de textes et quelquefois même de témoignages . L’esprit d’ouverture et le pragmatisme qui ont prévalu pendant les débats ont facilité la prise de parole et même certaines prises de position chez les étudiants, notamment parmi ceux qui souhaitent devenir enseignant à l’issue de leur études supérieures.

La première demi-journée a débuté avec la question : « Qu’est-ce qu’enseigner ? » Un remue-méninges sur le verbe « enseigner » a permis de définir celui-ci comme la capacité à partager ou transmettre des savoirs, savoir-être et savoir-faire ; l’enseignement ayant pour ultime objectif de rendre l’apprenant autonome. Les trois ateliers qui ont suivi ce premier temps de réflexion ont porté sur les thèmes suivants : « Apprendre et apprendre à apprendre », « Le rapport enseignant/enseigné » et « Qu’est-ce qu’une situation d’apprentissage dans une classe de français ? ». La restitution en grand groupe de chacun des ateliers a donné lieu à des positionnements comme celui qui consiste à dire que les deux notions « apprendre » et « apprendre à apprendre » sont complémentaires et qu’il convient de n’en privilégier aucune.

Le second jour a débuté avec deux séances plénières consacrées aux thèmes : « Enseigner c’est créer, innover, s’engager ! » et « Enseigner quelles perspectives professionnelles ? » Cette dernière question a donné l’occasion à des enseignants de témoigner sur leur profession. Les étudiants ont pu ainsi prendre conscience que le métier de professeur de français n’est pas une fin en soi mais qu’il comporte de multiples facettes qui sont autant de débouchés. Trois nouveaux ateliers ont suivi : « Enseigner à communiquer … mais comment ? », « Enseignant, un métier pas comme les autres ? » et « Je suis prof aujourd’hui et demain ? »

Le temps fort de ces deux journées a été, sans nul doute, le moment d’échange qui a suivi la synthèse du séminaire, temps au cours duquel Monsieur Pascal Pierrot RABETAHINA, Secrétaire Général du Ministère de l’Education Nationale (MEN), venu pour clôturer la manifestation, a pu parler longuement aux étudiants du métier qu’il a lui-même pratiqué. Il a été renforcé dans ses interventions par Madame Armandine PRUVOT, Présidente de la FMTF et Monsieur Samuel RAZAFIARISON, Directeur du DEFF.

Rissie RABARISAMBO, étudiante en MASTER FLE à l’Université d’AIX-MARSEILLE est en stage au MEN (Programme pour le français MEN/SCAC) pour deux mois, sur la thématique de l’enseignement du et en français dans le supérieur. Elle suivra la mise en oeuvre des 4 séminaires et apportera sa contribution à la rédaction du bilan de cette action qui concoure à la redynamisation de la langue française à Madagascar.